mardi , 11 août 2020
Accueil / ACTUALITÉS / Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè sur le soit disant Dialogue National Inclusif

Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè sur le soit disant Dialogue National Inclusif

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) note que les conclusions et recommandations issues du soit disant Dialogue National Inclusif qui vient de s’achever à Bamako confirment la justesse des analyses du Parti de l’Avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien.

En effet, l’énorme gaspillage d’argent public, de temps et d’énergie qu’a représenté cet immense show médiatique mettant en vedette des représentants non repentis de la nébuleuse séparatiste et djihadiste ne s’est résumé qu’en une vaine tentative de légitimation ex post de l’Accord antinational d’Alger et de son corollaire, le projet démocraticide et rétrograde de révision de la Constitution démocratique du 12 janvier 1992.

La CNAS-Faso Hèrè réaffirme que le seul sort que mérite l’Accord anti national d’Alger est, non pas une relecture pour le rendre « applicable », mais plutôt un rejet pur et simple car organisant un système confédéral comme antichambre de la sécession au profit d’un groupuscule sans légitimité. Elle réitère sa position maintes fois exprimée selon laquelle seul un Etat central fort peut concevoir et conduire les indispensables réformes politiques, économiques et sociales sans lesquelles les survivances féodales, esclavagistes et racistes étouffant l’énorme soif de justice sociale et de progrès de la jeunesse et des autres couches défavorisées et opprimées continueront à alimenter le cycle infernal de rébellion i rrédentiste et séparatiste ayant Kidal comme épicentre.

Le projet rétrograde de tripatouillage de la Constitution démocratique du 12 janvier 1992 vise en outre à satisfaire les velléités restauratrices de forces néoconservatrices, obscurantistes, antirépublicaines et antidémocratiques nostalgiques de l’ordre sociopolitique colonial, féodal et esclavagiste dont notre Peuple s’est débarrassé le 22 septembre 1960.

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè, le Parti de l’Avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien maintient qu’à ce jour personne n’a pu avancer un seul argument valable pouvant justifier une quelconque révision constitutionnelle. Au surplus, l’article 118 demeure un rempart infranchissable faisant échec à toute procédure de tripatouillage de la Constitution. Loin d’être un antidote permettant de contourner l’article 118, la soit disant « Armée reconstituée » composée, au terme de l’Entente du 15 juin 2015, à 80% d’éléments et d’ « officiers» – souvent d’origine étrangère- de l’actuelle CMA vient plutôt aggraver la menace réelle et imminente sur l’intégrité territoriale de la République du Mali. C’est le lieu de souligner, une fois de plus, que la CNAS-Faso Hèrè et ses partenaires regroupés au sein de l’ADPS (Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise) ont toujours soutenu que, bien que comportant un chapitre consacré au DDR, l’Accord antinational d’Alger organise en fait une vaste supercherie cousue de fil blanc au terme de laquelle les groupes armés, dont de nombreux déserteurs de l’Armée malienne , ne seront ni cantonnés ni a fortiori désarmés sous le camouflage protecteur mais translucide de mécanismes opérationnels de coordination (patrouilles mixtes), d’Armée malienne ‘’reconstituée’’ et de ‘’police territoriale’’.

Tout comme en 2017 sous la conduite de l’héroïque Plateforme An Tèè A Bana, le Peuple du 22 septembre 1960, du 20 janvier 1961 et du 26 mars 1991 continuera à faire échec aux plans antirépublicains et antidémocratiques des forces de la restauration néocoloniale et de leurs parrains extérieurs.

Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune !

Bamako, le 24 décembre 2019

Pour le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè

Le Secrétaire Général

 

L’Ingénieur Soumana Tangara

About nayte

Open

X