ACTUALITÉSpolitiques

Le Pr Clément en concertation : « Je ne suis pas pour le moment candidat »

Certains journaux de la place ont rapporté que Pr Clément DEMBLE serait candidat aux élections présidentielles de 2018, ce qui n’est pas, pour le moment, confirmé par celui qu’on appelle ‘’ Clément des jeunes’’. Lors de son anniversaire, le 12 Novembre dernier, devant la presse, l’homme a démenti toute déclaration de sa candidature avant de rappeler sa vision pour le Mali avec tant soit peu, les maux qui minent le pays. 

Clément Dembele president Mouvement Ensemble     
« Je ne prépare pas le terrain pour quelqu’un d’autre. Je ne suis pas faiseur de roi, en plus, personne ne me finance. Tout ce que je fais, c’est mes propres moyens et je ne suis pas, pour le moment, déclaré candidat.» C’est par ces mots que le Professeur Clément Dembélé a entamé une brève interview accordée à la presse.
Selon l’homme, la crise malienne n’est pas seulement une crise économique. Elle est aussi une crise de stratégies et de relation communicationnelle.  C’est aussi une crise de projet de société, une crise de programme politique. Comment comprendre que quelqu’un qui veut devenir président de la république, qui veut gérer le pays pendant 5 ans, puisse se servir de quelques experts, restés dans leurs bureaux, pour penser et imaginer à la place du peuple ? Voilà tout le problème de son point de vue.
Depuis deux ans, l’homme axe sa vision sur la jeunesse : « Il faut faire confiance à cette jeunesse et lui parler du Mali. Parce qu’elle a été utilisée comme un bétail électoral et sacrifié à travers des mensonges, entrainée dans une forme de déconstruction identitaire. C’est ce travail qu’il faut faire au préalable c’est-à-dire échanger avec elle et connaitre les besoins et les idées » argumente l’enseignant et chercheur. Et pour y parvenir le professeur passe sur les réseaux possible ou la jeunesse se réunir et communique.
« Moi avant de dire que je suis candidat ou pas, je préfère aller à la rencontre des Maliens ». Faire une concertation avec les populations, voilà pourquoi l’initiation d’un concept appelé ‘’la concertation citoyenne’’ le principe fondamental de ce concept est d’aller voir les Maliens partout, dans les villages et hameaux pour les écouter. La politique c’est la gestion stratégie et logique d’un pays. Et au cours de rencontre de concertation j’ai parcouru 12600 km, visité 178 villages et rencontré 27200 maliens », précise celui qui compte restaurer la fonction politique.
Il faut que les Maliens se réunissent, se rassemblent pour parler de leurs problèmes et partir de là construire un projet de société, revenir pour présenter ce projet à l’appréciation de cette population. Des stratégies sont déjà en place pour réussir cela. A partir de là si il y a un programme politique à faire, il sera celui des Maliens, pour la première c’est le peuple qui aura fait son projet de société.
Hervé N’depo
figaromali

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Open

X