ACTUALITÉSPresses et Médias

Journée mondiale de la liberté de la Presse: L'ORTM Koulikoro en état de dégradation avancée.

3 Mai journée mondiale de la liberté de presse. Le monde entier célèbre cette journée dans l’intention de rendre hommage à la bravoure des soldats de l’information. Des centaines de journalistes sont emprisonnés ou assassinés dans l’exercice de leur métier. Un métier qui consiste à préserver les populations et les citoyens du monde contre les dérives sociales engendrées  par  l’évolution de l’humanité. A Koulikoro, les organes de presse sont à l’image de la presse malienne. 10 ans après son ouverture la station ORTM Koulikoro recule.

Sidiki N’Fa Konaté: Directeur Général de l’ORTM

A Koulikoro, cette journée célèbre également le 10e anniversaire de  l’ouverture de la station ORTM Koulikoro en 2008. Une radio qui œuvre pour le service public dans la 2e région au nom de la nation malienne. Cependant, de nos jours, force est de constater que  être Journaliste à l’ORTM Koulikoro est un calvaire et  ressort d’un véritable  parcours de combattant, surtout ne fait pas honneur au métier de la presse comme le veulent les professionnels. Si au départ, cette  station était un fleuron et joyaux avec du matériel dynamique et  performants donnant l’envie de travailler à la radio, actuellement les journalistes et techniciens  de l’ORTM Koulikoro souffrent le martyrs dans l’exercice de leur métier. Le matériel est entièrement dégradé, les techniciens sont les plus hardis et les plus méticuleux  dans leur travail de mise en onde.  Il leur faut toutes les acrobaties possibles  pour  faire écouter convenablement la radio.
Sur le terrain, les caméras vieillissantes  et démodées datant de l’ouverture de la station, dont les images répondant  aux normes du moyen âge sont toujours d’utilités. Des  trépieds vulgairement démodés  et concassés par l’usage abusive dans le  temps, sont même  attachés par des fils électriques pour maintenir l’équilibre et la stabilité des images destinées à la télévision nationale du Mali. Que de bravoure pour les cameramen hyperdoués plus expérimentés que les cadreurs d’Hollywood par la force des choses? Le directeur des informations de l’ORTM acceptera envoyer  un tel résidu à Koulouba pour un reportage d’IBK? Je dirai non et non,  pas du tout !!!! Pourtant c’est ce matériel de récupération qui est trimbalé devant les hautes autorités régionales de Koulikoro, notamment les différents gouverneurs qui se sont succédés  ici de l’ouverture de la station à nos jours.
Pourquoi, nous en sommes là ? Certainement parce que les directeurs régionaux de Koulikoro n’ont de « grand frère » haut placés ou n’ont pas d’influence direct sur la direction nationale de l’ORTM. Le pauvre directeur n’aura même pas le droit de réclamer ne serait-ce que le renouvellement ou d’entretien  le matériel de travail sans lequel, la station va fermer boutique. « La peur de perdre son poste  de direction régional, il se résigne ».
Koulikoro lance un appel aux responsables de la direction générale de l’ORTM,  d’agir urgemment au secours de la station régionale de Koulikoro et certainement d’autre stations régionales du Mali en dotation matérielle pour la survie de ces radios qui vivent du contribuable malien. « L’instrument de production est la socle  du  bon résultat ».
Sur un autre plan, la presse de Koulikoro  d’une manière générale, est   à l’image de la presse malienne avec comme corollaire, le manque de formation des agents (animateurs, journalistes, gestionnaires) qui ont pour nom d’ailleurs, la précarité, la misère,  la dégradation des structures et l’impertinence des responsables dans la gestion des organes.
De nos jour, aucun journaliste  de Koulikoro n’est emprisonné, ni n’est victime de menace quelconque dans l’exercice de son métier.
Nayté Express…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Open

X