ACTUALITÉSFaits Divers et Insolitespolitiques

Meeting de RAS BATH à Ségou : la cité du Balanzan en feu et en sang.

 
Initialement prévu pour ce samedi 28 avril 18,  soit 2 jours après la visite du chef de l’état ELhadji Ibrahim Boubacar Keita, le meeting du fulgurant  chroniqueur Mohamed Youssouf Bathily dit ras bath a tournée au  carnage avec un bilan macabre d’un mort et nombreux blessés dans la cité du Balanzan.

Depuis quelques jours, un message de suspicion faisait le tour des réseaux sociaux faisant état d’un probable boycott du prochain meeting de RAS BATH à Ségou par une catégorie de la jeunesse. Selon ce message, le chroniqueur  et la délégation qui l’accompagne seraient la cible d’une vague de  manifestation contre la tenue du meeting. Malgré cet avertissement la délégation de RAS BATH  s’est rendue au lieu culte de la déclaration de la candidature du président de la république. Au cours du meeting,  un groupe de jeunes ont surgi  au le lieu du meeting et se sont mis à jeter des pierres sur  la foule en particulier les éléments clés du rassemblement en tête le porte-parole du CDR. Selon nos informations une contre-offensive a réagi contre les assaillants. Une solide et prompte réaction  va ardemment repousser les caillasseurs qui finiront  par se battre en retraite. Dans cafouillage   un  malheureux  aurait été  capturé  par la clameur publique. Celui-ci aurait été copieusement battu par la foule et laisser pour mort. Effectivement il serait décédé  des suites  de ses blessures au cours de la journée, nous annonce une source bien concordante. Le bilan fait état de plusieurs blessés dont des cas graves, des centaines de motos incendiées, selon les responsables du CDR.
Une grande  foule a accueilli la délégation du CDR dans la cité du Balanzan ce Samedi. Une marée humaine qui va impressionner le leader des défenseurs de la république qui va d’ailleurs  craquer.  Car pour la première fois, RAS BATH va  publiquement couler des larmes. Malgré l’achet des agitations pour faire échouer  le meeting,  la population est sortie en  nombre incalculable pour prêter l’oreille au chroniquer les plus adulé du Mali.

Voici ce que prévenaient  les réseaux sociaux par rapport à la visite du CDR :

« Urgent:
Panique à bord du camp de Boua.
L’annonce de la venue de Ras Bath à Ségou pour un géant meeting ce samedi, 28 Avril, juste 2 jours après le passage de Boua (IBK)  créé la panique au sein du RPM et ses alliés. La section RPM de Ségou, sur instruction du député Diarrasouba, de Zoumana Mory et autres cadres, auraient recruté des jeunes pour jeter de la pierre au cortège de ras bath et semer le trouble lors du Meeting comme à kolokani.
L’objectif, c’est d’empêcher les ségoviens de tenir des discours qui contrastent  avec ce qui a été dit à Boua le mardi passé et, enfin, d’empêcher Ras Bath de rappeler aux ségoviens les promesses de Boua en 2013 et de dire pourquoi Boua ka bla
 ».

Où sont donc la démocratie et la liberté d’expression au Mali, si les responsables peuvent tomber dans une  casserole de bassesse allant jusqu’à mettre la vie de la population en danger : le Mali court vers un péril incontestable. Pourtant quelques  jours avant, un manifeste a été signé par les responsables politiques maliens pour prévenir contre une crise poste électorale. Certainement qu’on oublie une crise préélectorale.  A voire bien entendu….
La Rédaction.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Open

X