ACTUALITÉSsantésociété

Santé: L'ONG Kénéya Jemukan (KJK) renforce la population de Tienfala contre le paludisme.

40% des personnes consultées  ont contracté le palus dans l’aire sanitaire du  CSCOM de Tienfala en 2017 dont 49 femmes en état de grossesse. Ces chiffre ont  été dévoilés hier (26/04/2018)  lors de la journée d’information et de sensibilisation en faveur de la lutte contre le palus dans la commune de Tienfala dans le district sanitaire de Koulikoro. Cette journée  qui s’inscrit dans le cadre de la journée mondiale de lutte contre le paludisme vise à orienter les populations  vers les bonnes  pratiques de  la  lutte  contre la maladie du paludisme.  La journée a été marquée par des questions réponses qui ont permis d’évaluer le niveau de compréhension sur les méthodes de lutte contre la maladie. La journée est  organisée par l’ONG Kénéya Jemukan (KJK) avec l’appui de l’USAID MALI.

C’était au centre santé communautaire de Tienfala où la délégation de de l’ONG a été accueillie par la population du chef-lieu de commune, notamment les femmes, le élèves et les autorités coutumières et le personnel de santé du centre.  Selon Boubacar Bocoum responsable du programme Palus de l’ONG, cette journée vise à sensibiliser les populations de la commune à travers les informations utiles, afin de les armées dans la  lutte  contre le paludisme  particulièrement en faveurs des femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans qui sont les cibles les plus vulnérables. Le choix de Tienfala n’est pas fortuit selon le responsable du programme. Certes la ville est géographiquement située sur la route nationale, mais c’est fondamentalement en raison du taux  de prévalence élevé de malade du palus dans la commune qui motive essentiellement la désignation du CSCOM de Tienfala,  pour la réalisation de cette activité. 40% des consultations ont motif de la maladie du paludisme avec 1101 personnes atteintes  en 2017 dont 49 femmes enceintes. D’autres chiffres ont été enregistrés au cours de l’année passée dans le même registre notamment pour les AEC avec 77 personnes atteintes et 278 révélées  par les matonnes de la  commune.

L’activité a été marquée par un jeu de questions réponses relatives aux différentes méthodes courantes de lutte contre le paludisme. Il s’agit entre autres :

« Quel est le 1er geste de la femme enceinte pour éviter le paludisme ? Quelles sont les pratiques faisables pour lutter contre le paludisme ? Quel est devoir des chefs de ménage dans la lutte contre le paludisme ? Quelles sont les conseils de prévention du paludisme que les agents de santé fournissent généralement ? ».

D’abondantes bonnes  réponses ont été données par les participants  aux questions posées, particulièrement les femmes qui étaient  massivement présentes à la rencontre. Cependant, la question relative au rôle des chefs de ménages n’a pas été correctement répondue selon le responsable du programme palus de KJK. Ce qui déduit que l’engagement des chefs des familles reste encore  moins consistant  alors que leur implication est déterminante dans la lutte contre la maladie. En qualité de responsables, les chefs de famille doivent exiger à  tous les membres de la famille de dormir sous les moustiquaires imprégnés.

Les gagnants du concours ont reçu des moustiquaires imprégnés et des crédits de communication  téléphonique allant de 5000 à 1000 F CFA. En fin d’activité les participants ont manifestés leur satisfaction quant à la tenue de cette journée dans leur commune.  Ils  ont déclaré avoir appris beaucoup sur la lutte contre maladie et particulièrement  sur les techniques d’utilisation des moustiquaires imprégnés.
Nayté

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Open

X