vendredi , 26 février 2021
Accueil / ACTUALITÉS / Partenariat Mali-Belgique: Le programme Enabel fait son bilan de 2020 et planification 2021

Partenariat Mali-Belgique: Le programme Enabel fait son bilan de 2020 et planification 2021

 

Plus de 5 milliards 400 millions de F CFA c’est le montant global de la planification financière en termes d’investissement de l’agence belge de développement Enabel pour l’année 2021. L’information a été donnée lors de son « atelier bilan 2020 et de la programmation 2021 » ténue à Bamako du 09 au 10 Févier 2021. Cette rencontre visait à procéder à une analyse participative et inclusive des résultats de développement des interventions 2020 du programme Enabel ainsi que les difficultés rencontrées afin d’en tirer des enseignements pour la programmation 2021. La rencontre qui a concerné toutes les composantes du programme, notamment les 4 projets, a révélé un franc succès auprès des partenaires qui ont largement participé à l’animation de la séance. Les différences séances ont mobilisé plus de 100 participants.

                                                Séance d’échange de l’atelier

L’Agence Belge de développement Enabel est un partenaire clé de l’Etat malienne qui intervient à divers niveaux, dans le cadre du développement au Mali. La région de Koulikoro est la principale zone d’intervention ce partenaire du Mali avec 4 projets qui interviennent à différents niveaux de développement dans la 2e région : Lutte contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition (LCIANK), le projet d’accès à l’eau potable et l’assainissement (PEPAK), le projet de renforcement de l’Elevage (AREPK), et l’intervention en renforcement de capacités (IRC).

En vue de la dynamiser les actions de ces différentes interventions et de passer en revue les activités du programme, s’est ténue à Bamako un atelier bilan des activités de 2020 et d’élaborer une programmation de 2021.

C’était à l’hôtel Salam de Bamako sous la présidence du coordinateur du programme Enabel Koulikoro M. Laminou Tata en présence du représentant résident JOHANNES SCHOORS, le responsable Administratif et Financier Simon Bolobo Bakoua. Ils étaient également présents les responsables des différents projets de l’intervention du programme dans la région. Il s’agit notamment du projet Lutte contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition (LCIANK) avec Jean MBAYAHAGA, le projet Intervention en renforcement de Capacité (IRC) M. Laminou Tata, le projet d’accès à l’eau potable et l’assainissement, (PEPAK) Adama Diallo, le projet d’appui au renforcement de l’élevage (AREPK) avec M. Apha Gouro Diall. Les partenaires stratégiques et techniques ont répondu également présents au rendez-vous, notamment le conseil régional de Koulikoro, la marie de la commune urbaine de Koulikoro, l’Agence de développement régional de Koulikoro ADR, la société civile, les ONG intervenants auprès d’Enabel dans la région.

                                                 Partie d’entretien entre partenaires

Il s’agissait durant les 2 jours de passer en revue les différentes réalisations effectuées et les résultats atteints au cours de l’année 2020. Là-dessus, faire une analyse succincte des difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de ces activités. Ainsi sous la conduite du coordinateur du programme Enabel, les responsables des 4 projets, notamment les équipes opérationnelles leur partenaires de mise en œuvre ont procédé à une analyse des résultats enregistrés en 2020 à travers des communications bien détaillées et cohérentes sur tous les fonctionnements des activités de l’année écoulée. Les présentateurs ont par ailleurs fait étalage du programme de l’année 2021. Cet exercice a été alterné par des témoignages et des contributions par rapport à la mise en œuvre des projets.

Ainsi de façon global, la réalisation en termes de mobilisation financière ont atteint plus de 70% en 2020 malgré les difficultés qui ont entravé l’élan des réalisations. Des difficultés qui ont pour nom la pandémie de la COVID19 dont l’impact sur les conditions socioéconomiques a bouleversé toutes les activités. Un blocage qui a été visible dans le décaissement des fonds alloués aux interventions dans la région de Koulikoro. Les effets qui ont entrainé la fermeture des frontières empêchant ainsi l’importation des matériaux dédiés à l’exécution de certains travaux.

                                                                             Vue d’ensemble

D’un point de vue général, il faut signaler que la mise en œuvre  des activités du   programme bilatérale ont atteint leurs paroxysmes en 2020. A cet effet le programme sectoriel CEDI et l’intervention en renforcement de capacités ont atteint un niveau supérieur de la mise en œuvre. Quant à l’intervention de PEPAK, il a fait l’Object de reformulation en raison d’une augmentation budgétaire et une prolongation de sa durée de mise en œuvre. Le taux d’exécution physique et financière a été appréciable au niveau des interventions d’appui au renforcement de l’élevage (PEPAK) et de renforcement des capacités (IRC). En revanche des contraintes ont affecté le niveau d’exécution physique et financière.

Sur un autre plan, l’année 2020 a été aussi marqué par des évolutions stratégiques majeures au Mali et en Belgique : le CREDD, le programmation conjointe Union Européenne, la lettre de déclaration politique de la nouvelle ministre de la coopération au développement, la publication de la note d’orientation stratégique 2030.

La qualité des relations de partenariat avec des institutions publiques majeures et organisations de la société civile ont été renforcés grâce à la montée en puissance de la mise en œuvre des plans de renforcement des capacités, l’élaboration de nouvelles conventions de subsides et la poursuite des anciennes ainsi que l’exécution des contrats d’objectifs ou convention d’appui.

La coordination d’ensemble au niveau d’Enabel Mali s’est amélioré avec l’opérationnalisation des Hub service, la communication du département, l’amélioration de la gestion des ressources humaines ainsi que le développement des expertises techniques au sein du portefeuille pays dans son ensemble.

En principe la convention de mise en œuvre du programme CEDI et IRC doivent s’achever en 2021. Il s’agit d’une année au cours de laquelle l’on s’attend à la poursuite de la période de croisière engagée tout en créant des conditions de capitalisation d’expériences et de pérennisation des acquis dans la perspective d’un programme de transition de la coopération bilatérale gouvernementale entre le Mali et la Belgique ainsi que les futurs portefeuilles Thématique.

                                               Tableau de présentation

Les réactions des participants notamment les partenaires ont été positives en termes d’appréciation par rapport aux résultats des interventions en 2020. Cependant ils ont insisté sur l’intensification des investissements. Ceux-ci se disent disposés à soutenir et accompagner le programme dans la réussite des réalisations dans les zones d’intervention particulièrement dans la région de Koulikoro.  Les actions du programme doivent s’accentuer en 2021 dans les différents concepts au sein des projets, vue les enseignements tirés de l’année écoulée (2020).

En 2021 la planification financière est estimée à 5 milliards 499 millions 582 milles 845 F CFA. Ce qui détermine une vision ambitieuse dans la cadre du développement pour la région de Koulikoro à travers les programmations proposées. La mobilisation de ces ressources financières d’investissement nécessites une forte implication des partenaires du programme, mais aussi de la disposition et de la disponibilité de la population bénéficiaire en matière d’accompagnement. Il s’agit particulièrement des élus locaux et leurs accompagnateurs comme l’ADR et autres cadres de l’administration.

Le représentant résidant d’Enabel a dans ses observations a jeté un regard critique sur les activités réalisées et sur les résultats en 2020. Des éléments critiques qui vont essentiellement constituer de leçons pour les programmations de 2021.
Nayté

 

 

 

About nayte

Open

X