mardi , 1 décembre 2020
Accueil / ACTUALITÉS / Elevage: L’insémination artificielle animale, améliorée dans la région de Koulikoro par la formation des agents de terrain de la direction régionale de la production et de l’industrie animale (DRPIA).

Elevage: L’insémination artificielle animale, améliorée dans la région de Koulikoro par la formation des agents de terrain de la direction régionale de la production et de l’industrie animale (DRPIA).

Après la phase de préparation des agro éleveurs dans le processus de l’insémination artificielle animale, 14 agents de terrain de la direction régionale de la production et de l’industrie animale de la région de Koulikoro et ceux des Associations et Organisations Professionnelles Paysannes  de  la région,  ont suivi du 05 au 23 octobre 2020 une formation en renforcement de capacité sur les techniques de préparation des femelles dans la perspective de la réussite de l’insémination artificielle et le suivi des vaux issus de ces inséminations. Organisée par l’Agence Belge de Développement ENABEL, Cette session de formation vise essentiellement à renforcer les capacités des agents de terrain dans le domaine de l’insémination artificielle.

                                  Séance pratique en salle de formation

Si les agro éleveurs ont été renfoncés dans la préparation des animaux à l’insémination et à l’alimentation des animaux, ceux-ci  doivent être assistés par des agents de terrain et autres techniciens spécialisés dans la bonne marche du processus de l’insémination. C’est dans cette optique que le programme ENABEL, dans le souci d’un développement harmonieux de l’élevage dans la région de Koulikoro a organisée, une session de renforcement de capacités spécifique à l’intention des agents de terrains de la direction régionale de la production et de l’industrie animale (DRPIA) et des agents d’autres secteurs de l’élevage.  C’était au centre nationale d’insémination artificielle (CNIA).

                         Séance pratique à l’abattoir de Bamako

En effet cette formation à l’intention des agents de terrain révèle une particularité par rapport aux autres sessions en raison de la complexité du rôle que ceux-ci jouent dans le processus de l’insémination. Il s’agit de la durée de la formation et la diversité de son contenu. La formation était élargie en phases théoriques et une variété de séances pratiques. Par ailleurs elle se spécifie par le caractère approfondi des modules, notamment par rapport à son aspect technique. Selon M. Moussa Traoré responsable de suivi évaluation au niveau du CNIA : « La formation se différencie des précédentes par sa spécificité à aller en profondeur par rapport à l’insémination artificielle dans son contexte technique notamment l’anatomie, la physiologie de la vache, l’appareil génitale de la vache, la production de la semence, l’aspect maitrise des cycles sexuels chez la vache » a-t-il précisé.

(Comment faire le choix d’une vache à inséminer, Les facteurs influençant le choix de la vache à inséminer ; Comment préparer la vache choisie, le déparasitage interne et externe de l’animal, le suivi des animaux inséminés, le suivi de la vache gestante, le suivi du veau à la génisse), étaient entre autres thématiques abordées au cœur de la partie théorique de la formation. Une phase qui a stimulé les connaissances des apprenants et éveiller leurs curiosités, avant la phase pratique qui a été divisée en 2 parties. Une première phase pratique a eu lieu au niveau de la salle de formation et une autre sur terrain, particulièrement dans les fermes pilotes de la région et plus singulièrement à l’abattoir de Bamako.  Cette phase pratique a été axée sur : (Les étapes de sélection d’une vache à inséminer ; les processus de préparation à l’insémination, la conduite à tenir pendant un programme d’insémination, l’allaitement du veau jusqu’au sevrage ; la gestion du sevrage, la gestion du sevrage à la génisse).

C’est à l’abattoir que la partie plus impressionnante de la pratique de l’insémination a été constatée. Là, les apprenants ont été face aux animaux sous la surveillance des formateurs avec tous les matériels adéquats de l’insémination. Ils ont manifestement touché du doigt tous les aspects de la pratique de l’insémination artificielle au cours de cette séance pratique.

Durant les 3 semaines de formation, la formation à l’endroit des agents de terrains s’est avérées comme une aubaine dans le cadre de l’épanouissement du secteur de l’élevage dans la région de Koulikoro. Selon Mme Tangara Fatoumata Yalcouyé agent de terrain  de Néguéla dans le cercle de Kati, la formation est une opportunité à saisir : « C’est la première fois pour moi de participer à une formation sur l’insémination artificielle d’une telle grandeur. Elle influencera sur les productions laitières, car elle permettra une franche augmentation de la quantité de lait produite. Elle entrainera aussi une augmentation du cheptel donc une croissance en matière de production de la viande pour les éleveurs » a-t-elle signalé

Cette influence se sentira par ailleurs sur les liens de collaboration entre les agents de terrain et les éleveurs en termes de confiance : « Cette formation va améliorer les conditions de suivi du processus de l’insémination, notamment celui des animaux inséminés et leurs nutritions. Ce qui va améliorer nos rapports avec les éleveurs et renforcera la confiance entre nous » a dit Abdramane Touré de l’arrondissement central de Ouéléssébougou.

Sur un autre plan, cette formation vient renforcer et approfondir les connaissances et les acquis des participants : « c’est la deuxième formation que j’ai suivi sur l’insémination artificielle. J’avoue que, ce que j’ai appris ici est impressionnant. Elle va renforcer profondément nos connaissances en matière d’insémination artificielle, mais aussi dans la vulgarisation des informations sur l’insémination auprès des éleveurs », a précisé M. Adama Sidibé, vétérinaires mandataire de Kalaban Koro.

Il importe de rappeler que cette série de formation sur l’insémination artificielle ressort d’une auto analyse organisationnelle des capacités des services étatiques et des organisations professionnelles régionales. C’est dans ce cadre que les élus de la région de Koulikoro ont exprimé le besoin de la mise en œuvre un programme de renforcement de capacités des éleveurs en matière d’amélioration génétique des races locales. C’est à ce titre que l’Agence Belges de développement ENABEL, en collaboration avec le centre Nationale d’insémination artificielle (CNIA) ont initié cette série de formation en faveur des agro éleveurs de la région de Koulikoro.

Nayté

 

 

About nayte

Open

X