lundi , 26 octobre 2020
Accueil / ACTUALITÉS / CNPM : Moussa Mary Balla Coulibaly déshonoré par ses “héritiers”

CNPM : Moussa Mary Balla Coulibaly déshonoré par ses “héritiers”

Là où il se trouve actuellement, le père fondateur du Conseil national du Patronat du Mali (CNPM) ne devrait pas être fier de ses successeurs qui s’entredéchirent pour le leadership de la représentation du secteur privé. Pourtant, Feu Moussa Mary Balla Coulibaly avait fait une mise en garde contre la situation actuelle qui prévaut avant de tirer sa révérence en 2019 après 35 années de vie bien remplie au service du secteur privé.

A peiné décédé en 2019, les héritiers de Moussa Mary Balla Coulibaly foulent déjà au sol ses conseils et sa mise en garde contre une éventuelle division au sien de la représentation du secteur privé malien. En effet lors du renouvellement récent des instances du CNPM, deux candidats ont été proclamés présidents. Après la proclamation de Diadié dit Amadou Sankaré le 26 septembre, le président sortant Mamadou Sinsy Coulibaly a été déclaré à son tour président par son camp le 8 octobre passé. Une sorte de bicéphalisme à la tête du patronat entre deux grands patrons de l’économie malienne. Pourtant, Feu Moussa Mary Balla Coulibaly avait fait une mise en garde contre la situation actuelle qui prévaut avant de tirer sa révérence en 2019 il y a juste une année. “Le patronat malien ne peut être fort et efficace que dans l’unité. … La division sera fatale à l’institution et au secteur privé malien”, comme une prophétie, le père fondateur du CNPM faisait cette mise en garde et appelait ses héritiers à l’unité. Un discours ravivé le 8 octobre à travers une projection vidéo sur les activités menées par le président sortant au cours de son assemblée générale élective du 8 octobre.

Dans la foulée de son élection, Mamadou Sinsy Coulibaly a promis de fédérer le secteur privé après avoir lancé une pique à son challenger. “Les mots me manquent pour exprimer mes sentiments. Je suis fier après cette élection sans tapage”. En déclarant avoir gagné sans tapage, il fait ainsi référence à la forte campagne de communication menée par Diadié dit Amadou Sankaré à la veille de l’élection.

De son côté, le camp Diadié demande au camp d’en face de tourner la page de l’élection qui fut difficile et de faire bloc commun autour du “bureau élu pour redynamiser notre secteur privé pour le bonheur de tous les Maliens et de toutes les maliennes”.

Un appel passible pour des injures aux yeux du camp Sinsy qui se réclame également du “bureau légitime et légal” du CNPM après avoir vivement critiqué l’investiture de Diadié dit Amadou Sangaré sur la “base d’une ordonnance gracieuse du président du Tribunal de la Commune IV. “L’auto-proclamation de statut et de prise de fonction n’est pas source de droit. Nos avocats ont déjà introduit auprès de la juridiction concernée les recours nécessaires en contestation et rétractation”, réplique Mamadou Sinsy Coulibaly.

Après les urnes, la bataille est donc désormais transportée devant le tribunal.

Un acte qui n’honore pas la mémoire de feu Moussa Mary Balla Coulibaly, président d’honneur du CNPM, qui ne devrait pas être fier de ses “héritiers” qui s’entredéchirent pour le leadership de la représentation du secteur privé malien.

Alassane Cissouma

About Redacteur Meguetan infos

Open

X