Pendant deux ans, mon mari et moi avons lutté pour sauver notre mariage. Lorsqu’il m’a finalement annoncé son homosexualité, nous avons compris qu’il y a mille facettes à l’amour.

Un matin, mon mari m’a annoncé qu’il était homosexuel

Mon mariage s’est terminé il y a deux ans, un samedi matin, avant même que je finisse mon café. Nos trois enfants débarrassaient la table en prévision de l’arrivée des jeunes participants du club de lecture de ma fille. Tandis qu’ils entassaient la vaisselle dans la cuisine, mon mari, Mike, m’a regardée de l’autre côté de la table et m’a dit : « Je suis homosexuel. »
J’aimerais vous répéter ma réponse, mais je ne me souviens que d’avoir lu l’échec sur son visage. Il était à peine capable de croiser mon regard. Je suis passée en pilote automatique et me suis concentrée sur l’avenir immédiat. « Vous êtes-vous lavé les dents ? Tout le monde sera bientôt là! »
Au fond de moi, je savais que ce jour viendrait. Depuis deux ans, Mike et moi étions sur des montagnes russes émotionnelles, discutant sans fin de son attirance naissante pour les hommes, tentant de l’intégrer à notre couple. Après tout ce que nous avions traversé, que notre mariage se termine ainsi me brisait le cœur.
Nous nous connaissions depuis le secondaire et sortions ensemble depuis notre première année d’université. Nous avions passé un an au Japon, poursuivi différentes carrières, lutté contre l’infertilité, frôlé la mort et eu trois enfants. Il était mon adversaire du jeudi soir au yathzee, un boute-en-train et mon meilleur ami.
Désormais, nous avions un nouveau défi : recommencer nos vies, séparés, avec tout l’amour et le respect dont nous avions fait preuve lors de ces deux décennies passées ensemble. Je me suis concentrée sur ce que nous partagions et me suis rappelé que nous nous séparions par amour – et non par manque d’amour. Mais cela n’a pas rendu la situation plus facile.

Je pouvais le laisser explorer, je n’avais rien à perdre

Je ne savais pas ce qu’était un « mariage à orientation mixte » avant d’apprendre que le mien en était un. En octobre 2014, pendant que nos deux cadets faisaient la sieste, Mike m’avait annoncé sur la véranda qu’il était également attiré par les hommes. Il était catégorique : il ne voulait pas me perdre, et souhaitait que ces autres sentiments disparaissent – mais ils existaient, et s’intensifiaient. J’ai pleuré si fort que notre aîné est venu nous demander ce qui n’allait pas.
Déjà épuisée de garder nos enfants (alors âgés de sept, trois et un ans) en vie, sans parler de les nourrir et de les vêtir, j’aidais maintenant mon mari à définir sa sexualité. Nous en parlions sans cesse : une fois les enfants couchés, dans le tramway pour rejoindre des amis et par texto au travail. Nous avons décidé de garder cela pour nous –nous devions nous y adapter sans le jugement des autres.

Après des mois, il a admis qu’il était peut-être bisexuel. En cherchant une aide professionnelle, nous avons trouvé une merveilleuse psychothérapeute qui a posé les bonnes questions. En 20 minutes, nous avons progressé plus que jamais. Elle a conclu que, pour moi, l’idéal était de rester monogame – ce dont mon mari était incapable. Cela ressemblait à un ultimatum : l’accompagner dans son cheminement ou le quitter. Les deux me terrifiaient.
Nous avions conscience de tout ce que nous pouvions perdre : notre famille, notre maison, et l’un l’autre. Je ne doutais pas qu’il m’aimait et voulait rester marié. Malgré ma peur, je ne pouvais pas partir – il avait besoin de moi, et j’avais besoin de savoir où tout cela nous mènerait.
Nos séances de thérapie hebdomadaires m’ont aidée à accepter ce qu’il me demandait. Je pouvais le laisser explorer, je n’avais rien à perdre. J’ai donc consenti à un mariage ouvert – à sens unique, du moins. Avec tout cela et trois enfants à charge, rencontrer un autre partenaire sexuel ne m’intéressait absolument pas. J’avais tout ce qu’il me fallait avec Mike; mais il avait besoin d’assimiler ce qui lui arrivait. J’ai alors compris que l’amour a mille facettes.

La négociation des détails du «mariage à orientation mixte»

Les spécialistes en relation de couple conseillent d’établir un accord clair avant de se lancer dans une relation ouverte – chaque partenaire doit connaître les limites. Nous avons négocié les détails : Mike pouvait sortir un mercredi soir sur deux; il devait se protéger; et il pouvait communiquer avec un partenaire sexuel en semaine, mais pas pendant les moments en famille à la maison.
Il avait déjà quelqu’un en tête, rencontré sur un forum de mariages à orientation mixte. Leur situation était la même : bisexuels et mariés à une femme hétérosexuelle, ils avaient des enfants et voulaient rester mariés en explorant leur sexualité.
Ma tête avait tout accepté, mais mon cœur refusait de s’y faire. Lors de ses premières rencontres avec celui que j’appellerai James, j’ai eu l’impression de me dédoubler.
Des femmes d’un groupe de soutien en ligne m’ont conseillé de prendre soin de moi – fréquenter des amis, me faire masser – mais j’en étais incapable. J’avais besoin de repères, de rester à la maison avec nos enfants et d’accomplir les gestes du quotidien.
Parfois, la situation me paraissait vraiment injuste, comme lorsque j’ai dû aller chercher les petits à deux endroits différents sur mon vélo dans une tempête de neige parce qu’il avait pris notre voiture pour voir James – ou encore quand l’heure du coucher était particulièrement difficile et qu’il restait trois lessives à plier. Je gardais le cap en prenant soin des enfants et en conservant ma routine.
Je n’aurai jamais pensé aider mon mari à trouver un autre partenaire
Je tentais d’ignorer Mike lorsqu’il se préparait les mercredis matin pour rencontrer James, c’était douloureux de le voir faire plus d’efforts que d’habitude. Je préférais n’avoir aucun contact avec lui ces jours-là, sinon un texto vers 21 h : « Je suis en route pour la maison. »
Après quelques mois, James a compris qu’il était homosexuel et non bisexuel. Sa femme et lui ont mis un terme à leur mariage. J’ai demandé à mon mari si cela modifierait les choses pour eux, pour lui ou pour nous. J’ai retenu mon souffle, c’était ce que je craignais depuis le début. Non, il était sûr de sa bisexualité, j’étais l’amour de sa vie, il était toujours attiré par moi. Étonnamment, nous avions toujours des rapports sexuels, même plus qu’avant – cette ouverture et cette honnêteté nouvelles nous avaient rapprochés.
Mais notre vie était devenue imprévisible. Peu après le divorce de James, Mike est rentré à la maison en pleurs. James avait rompu parce qu’il était tombé amoureux de lui. Nouveau défi à surmonter : si ce n’était qu’une relation charnelle pour mon mari, pourquoi était-il si ému? Qu’il soit bouleversé signifiait-il qu’il éprouvait les mêmes sentiments ? Je lui ai proposé de l’aider à trouver un autre partenaire, cela me semblait la meilleure chose à faire.
Nous avons écrit une annonce en buvant du vin sur notre terrasse, tout sourire, en saluant les voisins qui passaient. Nous avons ri, nous n’aurions jamais pensé faire cela en prononçant nos vœux. L’humour était essentiel pour profiter du reste de notre été en famille. Mais tout avait changé et j’avais un mauvais pressentiment.
Pendant la première semaine d’école, j’ai fait défiler des photos sur mon téléphone lorsque l’une d’elles, prise au chalet, m’a frappée. Les enfants mangeaient des biscuits à la guimauve autour du feu, mais Mike, assis sur une chaise à l’arrière-plan, a attiré mon attention : son regard au cœur de ce chaos. Douleur. Peur. Peine. Quelques jours après, il me faisait sa dernière révélation au petit-déjeuner.
Plus tard, je lui ai montré cette photo. « Si tu hésitais à me dire que tu ne savais pas quoi faire, regarde ceci. » Me révéler son homosexualité était sans doute la décision la plus douloureuse de toute sa vie, mais c’était la bonne.

Notre 13e anniversaire de mariage

La prudente déconstruction de notre mariage a débuté. Tout ce qui était si naturel depuis 21 ans est soudain devenu tabou – je devais cesser de lui prendre la main ou de l’embrasser.
Sans surprise, mais non sans douleur, il m’a annoncé qu’il avait des sentiments pour James et qu’ils poursuivraient leur relation. Que notre mariage se termine était déjà très difficile, mais apprendre qu’il était amoureux de l’homme que j’avais eu tant de mal à accepter comme son partenaire sexuel m’a arraché le cœur.
Ma tristesse et ma colère étaient sans objet – il n’y avait personne à blâmer. Je n’aurais pas pu agir différemment, et ne pouvais lui demander d’être quelqu’un d’autre que lui-même. Je me suis donc promis que cela ne détruirait ni notre famille ni moi.
Une semaine plus tard, nous avons célébré notre 13e anniversaire de mariage. Nous avons allumé des bougies sur la terrasse, ouvert une bouteille de champagne et trinqué aux nouveaux départs. C’était effrayant et triste, mais nous étions arrivés jusque-là dans l’amour et le respect ; notre séparation pouvait suivre le même chemin. Je commençais à peine à accepter l’idée de la séparation, j’ai décidé de m’effacer et l’ai laissé partir.

Il nous fallait cesser d’être amoureux

Quand est venu le temps d’en parler autour de nous, nous avons commencé par les amis proches et la famille. Sans surprise, ils étaient tristes, mais nous soutenaient.
L’expliquer aux enfants a été plus difficile – il n’y a jamais de bon moment. Nous avons simplement dit aux deux plus jeunes : « Vous savez que maman et papa vous disent toujours qu’on aime qui on aime, peu importe de qui il s’agit? » Ils ont acquiescé. « Eh bien, papa a découvert qu’il aime les garçons et maman n’y voit pas de problème. » Puis, nous leur avons dit qu’il habiterait ailleurs, mais que nous resterions une famille. Ils ne comprenaient pas tout à fait, mais nous étions soulagés, cela s’était mieux passé que prévu.
Quant à notre fille aînée, elle a eu l’air pensif mais n’a pas dit grand-chose. Elle a admis être confuse – après tout, nous étions heureux et nous disputions rarement. Ce n’est que lorsqu’il a déménagé, six semaines plus tard, qu’elle a vraiment compris. Un soir, peu après s’être couchée, elle m’a demandé : « Combien de temps papa t’aimera-t-il comme sa femme? » C’était sa façon d’exprimer ce qui devait être fait, ce dont elle avait conscience.
Il nous fallait cesser d’être amoureux, ce qui la rendait soucieuse. J’ai beaucoup pleuré la fin de notre mariage. Ce n’était plus notre douleur, mais bien la mienne. Je ne doute pas que c’était difficile pour lui, mais quelqu’un l’attendait. C’était dur de le voir commencer une nouvelle vie tandis que je tentais de réparer la mienne.

Redessiner une famille – pour le meilleur

Avoir passé les deux années précédentes à essayer de comprendre tout cela m’a aidée à avancer. Je comprends désormais que la découverte de Mike nous a libérés. Nous n’aurions pas pu continuer ainsi, peu importe à quel point nous nous aimions. La gymnastique mentale nécessaire pour équilibrer, intégrer et soutenir sa relation avec James me vidait de toute énergie.
À la fin 2016, j’étais prête à me préoccuper de moi et de mon propre nouveau départ. Penser à ce qui me rendait heureuse était gratifiant. Je me suis inscrite à des cours de voile et j’ai passé du temps avec des gens incroyables, rentrant souvent de ces soirées comblée et stimulée.
Je suis reconnaissante pour les 20 années passées avec Mike, mais surtout pour les deux dernières. Malgré les difficultés, nous avons grandi en tant qu’individus et famille. Je pense aux leçons transmises à nos enfants : l’amour exige parfois de laisser l’autre partir; être soi-même est toujours mieux; la famille peut prendre plusieurs formes. Nous leur avons prouvé qu’une séparation n’est pas forcément synonyme de moins d’amour.
Parfois, je suis stupéfaite du chemin parcouru. L’été dernier, lorsque notre deuxième enfant a eu six ans, nous nous sommes tous réunis à la maison pour une fête. Les parents de Mike, les miens, son partenaire et mon nouveau compagnon (avec qui je vis depuis janvier 2017), ma sœur, mon beau-frère et nos trois merveilleux enfants étaient là. Depuis, nous nous sommes souvent tous retrouvés pour des festivités, des dîners et des événements scolaires.
Redessiner une famille n’est pas aisé, mais tout devient possible quand l’amour en est la toile de fond.

Après 13 ans de mariage, j’ai appris que mon mari était gai

Pendant deux ans, mon mari et moi avons lutté pour sauver notre mariage. Lorsqu’il m’a finalement annoncé son homosexualité, nous avons compris qu’il y a mille facettes à l’amour.
Un matin, mon mari m’a annoncé qu’il était homosexuel
Mon mariage s’est terminé il y a deux ans, un samedi matin, avant même que je finisse mon café. Nos trois enfants débarrassaient la table en prévision de l’arrivée des jeunes participants du club de lecture de ma fille. Tandis qu’ils entassaient la vaisselle dans la cuisine, mon mari, Mike, m’a regardée de l’autre côté de la table et m’a dit : « Je suis homosexuel. »
J’aimerais vous répéter ma réponse, mais je ne me souviens que d’avoir lu l’échec sur son visage. Il était à peine capable de croiser mon regard. Je suis passée en pilote automatique et me suis concentrée sur l’avenir immédiat. « Vous êtes-vous lavé les dents ? Tout le monde sera bientôt là! »
Au fond de moi, je savais que ce jour viendrait. Depuis deux ans, Mike et moi étions sur des montagnes russes émotionnelles, discutant sans fin de son attirance naissante pour les hommes, tentant de l’intégrer à notre couple. Après tout ce que nous avions traversé, que notre mariage se termine ainsi me brisait le cœur.
Nous nous connaissions depuis le secondaire et sortions ensemble depuis notre première année d’université. Nous avions passé un an au Japon, poursuivi différentes carrières, lutté contre l’infertilité, frôlé la mort et eu trois enfants. Il était mon adversaire du jeudi soir au yathzee, un boute-en-train et mon meilleur ami.
Désormais, nous avions un nouveau défi : recommencer nos vies, séparés, avec tout l’amour et le respect dont nous avions fait preuve lors de ces deux décennies passées ensemble. Je me suis concentrée sur ce que nous partagions et me suis rappelé que nous nous séparions par amour – et non par manque d’amour. Mais cela n’a pas rendu la situation plus facile.

Je pouvais le laisser explorer, je n’avais rien à perdre

Je ne savais pas ce qu’était un « mariage à orientation mixte » avant d’apprendre que le mien en était un. En octobre 2014, pendant que nos deux cadets faisaient la sieste, Mike m’avait annoncé sur la véranda qu’il était également attiré par les hommes. Il était catégorique : il ne voulait pas me perdre, et souhaitait que ces autres sentiments disparaissent – mais ils existaient, et s’intensifiaient. J’ai pleuré si fort que notre aîné est venu nous demander ce qui n’allait pas.
Déjà épuisée de garder nos enfants (alors âgés de sept, trois et un ans) en vie, sans parler de les nourrir et de les vêtir, j’aidais maintenant mon mari à définir sa sexualité. Nous en parlions sans cesse : une fois les enfants couchés, dans le tramway pour rejoindre des amis et par texto au travail. Nous avons décidé de garder cela pour nous –nous devions nous y adapter sans le jugement des autres.
Après des mois, il a admis qu’il était peut-être bisexuel. En cherchant une aide professionnelle, nous avons trouvé une merveilleuse psychothérapeute qui a posé les bonnes questions. En 20 minutes, nous avons progressé plus que jamais. Elle a conclu que, pour moi, l’idéal était de rester monogame – ce dont mon mari était incapable. Cela ressemblait à un ultimatum : l’accompagner dans son cheminement ou le quitter. Les deux me terrifiaient.
Nous avions conscience de tout ce que nous pouvions perdre : notre famille, notre maison, et l’un l’autre. Je ne doutais pas qu’il m’aimait et voulait rester marié. Malgré ma peur, je ne pouvais pas partir – il avait besoin de moi, et j’avais besoin de savoir où tout cela nous mènerait.
Nos séances de thérapie hebdomadaires m’ont aidée à accepter ce qu’il me demandait. Je pouvais le laisser explorer, je n’avais rien à perdre. J’ai donc consenti à un mariage ouvert – à sens unique, du moins. Avec tout cela et trois enfants à charge, rencontrer un autre partenaire sexuel ne m’intéressait absolument pas. J’avais tout ce qu’il me fallait avec Mike; mais il avait besoin d’assimiler ce qui lui arrivait. J’ai alors compris que l’amour a mille facettes.

La négociation des détails du «mariage à orientation mixte»

Les spécialistes en relation de couple conseillent d’établir un accord clair avant de se lancer dans une relation ouverte – chaque partenaire doit connaître les limites. Nous avons négocié les détails : Mike pouvait sortir un mercredi soir sur deux; il devait se protéger; et il pouvait communiquer avec un partenaire sexuel en semaine, mais pas pendant les moments en famille à la maison.
Il avait déjà quelqu’un en tête, rencontré sur un forum de mariages à orientation mixte. Leur situation était la même : bisexuels et mariés à une femme hétérosexuelle, ils avaient des enfants et voulaient rester mariés en explorant leur sexualité.
Ma tête avait tout accepté, mais mon cœur refusait de s’y faire. Lors de ses premières rencontres avec celui que j’appellerai James, j’ai eu l’impression de me dédoubler.
Des femmes d’un groupe de soutien en ligne m’ont conseillé de prendre soin de moi – fréquenter des amis, me faire masser – mais j’en étais incapable. J’avais besoin de repères, de rester à la maison avec nos enfants et d’accomplir les gestes du quotidien.
Parfois, la situation me paraissait vraiment injuste, comme lorsque j’ai dû aller chercher les petits à deux endroits différents sur mon vélo dans une tempête de neige parce qu’il avait pris notre voiture pour voir James – ou encore quand l’heure du coucher était particulièrement difficile et qu’il restait trois lessives à plier. Je gardais le cap en prenant soin des enfants et en conservant ma routine.

Je n’aurai jamais pensé aider mon mari à trouver un autre partenaire

Je tentais d’ignorer Mike lorsqu’il se préparait les mercredis matin pour rencontrer James, c’était douloureux de le voir faire plus d’efforts que d’habitude. Je préférais n’avoir aucun contact avec lui ces jours-là, sinon un texto vers 21 h : « Je suis en route pour la maison. »
Après quelques mois, James a compris qu’il était homosexuel et non bisexuel. Sa femme et lui ont mis un terme à leur mariage. J’ai demandé à mon mari si cela modifierait les choses pour eux, pour lui ou pour nous. J’ai retenu mon souffle, c’était ce que je craignais depuis le début. Non, il était sûr de sa bisexualité, j’étais l’amour de sa vie, il était toujours attiré par moi. Étonnamment, nous avions toujours des rapports sexuels, même plus qu’avant – cette ouverture et cette honnêteté nouvelles nous avaient rapprochés.
Mais notre vie était devenue imprévisible. Peu après le divorce de James, Mike est rentré à la maison en pleurs. James avait rompu parce qu’il était tombé amoureux de lui. Nouveau défi à surmonter : si ce n’était qu’une relation charnelle pour mon mari, pourquoi était-il si ému? Qu’il soit bouleversé signifiait-il qu’il éprouvait les mêmes sentiments ? Je lui ai proposé de l’aider à trouver un autre partenaire, cela me semblait la meilleure chose à faire.
Nous avons écrit une annonce en buvant du vin sur notre terrasse, tout sourire, en saluant les voisins qui passaient. Nous avons ri, nous n’aurions jamais pensé faire cela en prononçant nos vœux. L’humour était essentiel pour profiter du reste de notre été en famille. Mais tout avait changé et j’avais un mauvais pressentiment.
Pendant la première semaine d’école, j’ai fait défiler des photos sur mon téléphone lorsque l’une d’elles, prise au chalet, m’a frappée. Les enfants mangeaient des biscuits à la guimauve autour du feu, mais Mike, assis sur une chaise à l’arrière-plan, a attiré mon attention : son regard au cœur de ce chaos. Douleur. Peur. Peine. Quelques jours après, il me faisait sa dernière révélation au petit-déjeuner.
Plus tard, je lui ai montré cette photo. « Si tu hésitais à me dire que tu ne savais pas quoi faire, regarde ceci. » Me révéler son homosexualité était sans doute la décision la plus douloureuse de toute sa vie, mais c’était la bonne.

Notre 13e anniversaire de mariage

La prudente déconstruction de notre mariage a débuté. Tout ce qui était si naturel depuis 21 ans est soudain devenu tabou – je devais cesser de lui prendre la main ou de l’embrasser.
Sans surprise, mais non sans douleur, il m’a annoncé qu’il avait des sentiments pour James et qu’ils poursuivraient leur relation. Que notre mariage se termine était déjà très difficile, mais apprendre qu’il était amoureux de l’homme que j’avais eu tant de mal à accepter comme son partenaire sexuel m’a arraché le cœur.
Ma tristesse et ma colère étaient sans objet – il n’y avait personne à blâmer. Je n’aurais pas pu agir différemment, et ne pouvais lui demander d’être quelqu’un d’autre que lui-même. Je me suis donc promis que cela ne détruirait ni notre famille ni moi.
Une semaine plus tard, nous avons célébré notre 13e anniversaire de mariage. Nous avons allumé des bougies sur la terrasse, ouvert une bouteille de champagne et trinqué aux nouveaux départs. C’était effrayant et triste, mais nous étions arrivés jusque-là dans l’amour et le respect ; notre séparation pouvait suivre le même chemin. Je commençais à peine à accepter l’idée de la séparation, j’ai décidé de m’effacer et l’ai laissé partir.

Il nous fallait cesser d’être amoureux

Quand est venu le temps d’en parler autour de nous, nous avons commencé par les amis proches et la famille. Sans surprise, ils étaient tristes, mais nous soutenaient.
L’expliquer aux enfants a été plus difficile – il n’y a jamais de bon moment. Nous avons simplement dit aux deux plus jeunes : « Vous savez que maman et papa vous disent toujours qu’on aime qui on aime, peu importe de qui il s’agit? » Ils ont acquiescé. « Eh bien, papa a découvert qu’il aime les garçons et maman n’y voit pas de problème. » Puis, nous leur avons dit qu’il habiterait ailleurs, mais que nous resterions une famille. Ils ne comprenaient pas tout à fait, mais nous étions soulagés, cela s’était mieux passé que prévu.
Quant à notre fille aînée, elle a eu l’air pensif mais n’a pas dit grand-chose. Elle a admis être confuse – après tout, nous étions heureux et nous disputions rarement. Ce n’est que lorsqu’il a déménagé, six semaines plus tard, qu’elle a vraiment compris. Un soir, peu après s’être couchée, elle m’a demandé : « Combien de temps papa t’aimera-t-il comme sa femme? » C’était sa façon d’exprimer ce qui devait être fait, ce dont elle avait conscience.
Il nous fallait cesser d’être amoureux, ce qui la rendait soucieuse. J’ai beaucoup pleuré la fin de notre mariage. Ce n’était plus notre douleur, mais bien la mienne. Je ne doute pas que c’était difficile pour lui, mais quelqu’un l’attendait. C’était dur de le voir commencer une nouvelle vie tandis que je tentais de réparer la mienne.

Redessiner une famille – pour le meilleur

Avoir passé les deux années précédentes à essayer de comprendre tout cela m’a aidée à avancer. Je comprends désormais que la découverte de Mike nous a libérés. Nous n’aurions pas pu continuer ainsi, peu importe à quel point nous nous aimions. La gymnastique mentale nécessaire pour équilibrer, intégrer et soutenir sa relation avec James me vidait de toute énergie.
À la fin 2016, j’étais prête à me préoccuper de moi et de mon propre nouveau départ. Penser à ce qui me rendait heureuse était gratifiant. Je me suis inscrite à des cours de voile et j’ai passé du temps avec des gens incroyables, rentrant souvent de ces soirées comblée et stimulée.
Je suis reconnaissante pour les 20 années passées avec Mike, mais surtout pour les deux dernières. Malgré les difficultés, nous avons grandi en tant qu’individus et famille. Je pense aux leçons transmises à nos enfants : l’amour exige parfois de laisser l’autre partir; être soi-même est toujours mieux; la famille peut prendre plusieurs formes. Nous leur avons prouvé qu’une séparation n’est pas forcément synonyme de moins d’amour.
Parfois, je suis stupéfaite du chemin parcouru. L’été dernier, lorsque notre deuxième enfant a eu six ans, nous nous sommes tous réunis à la maison pour une fête. Les parents de Mike, les miens, son partenaire et mon nouveau compagnon (avec qui je vis depuis janvier 2017), ma sœur, mon beau-frère et nos trois merveilleux enfants étaient là. Depuis, nous nous sommes souvent tous retrouvés pour des festivités, des dîners et des événements scolaires.
Redessiner une famille n’est pas aisé, mais tout devient possible quand l’amour en est la toile de fond.