mardi , 11 août 2020
Accueil / ACTUALITÉS / Koulikoro: L’ONG TOSTAN fait le bilan de l’année 2019

Koulikoro: L’ONG TOSTAN fait le bilan de l’année 2019

117 souffrant des séquelles de la  violence basée sur le genre ont été identifiées en 2019 par l’ONG TOSTAN dont 96 ont été prise en charge dans la région de koulikoro. C’est au cours de la journée de restitution des activités de l’année 2019 que cette information a été donnée par les responsables de l’ONG. La rencontre visait  à partager avec les partenaires,  les activités réalisées au cours de cette année et aborder les perspectives. Plus quarantaine de personnes notamment les partenaires  ont pris a part à cette rencontre organisée par l’ONG TOSTAN.

Une année pleine d’activités est le qualificatif approprié pour identifier l’ONG TOSTAN dans la région de Koulikoro. Après avoir donné satisfaction à la population bénéficiaire dans ses zones d’intervention et à ses partenaires, les responsables du projet et les partenaires de  terrain se sont retrouvés ce jeudi 19 décembre 2019, pour passer en revue toutes les activités menées au cours cette année 2019 qui tire à sa fin. C’était  dans la salle de délibération de la marie de commune urbaine de Koulikoro.

La cérémonie d’ouverture était présidée par l’adjoint au maire de Koulikoro Mr Bakoroba Kané  en présence du coordinateur de TOSTAN Mr Moussa Diallo, le représentant de la directrice régionale de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille Mr Gaoussou Ouologuème. Pour participants, on a noté la présence des élus des zones d’intervention, les religieux, les agents de  mobilisation entre autres.

En effet en 2019, TOSTAN a concentré ses efforts sur le Programme de Renforcement des Capacités Communautaires  dans 80 communautés, dont 40 lancé en mars 2019. Cela dans les cercles de Koulikoro, Banamba et Dioïla. Dans ce cadre 13 000 personnes ont été renforcées  sur les thématiques relatives aux droits humains, la démocratie, la santé et l’hygiène, mais aussi l’alphabétisation en langue nationale. Les bénéficiaires ont également été formées dans sur  la gestion des projets dans le cadre de la promotion économique.

Sur un autre plan, au cours de l’année écoulée, TOSTAN a travaillé avec les collectivités territoriales partenaires. Dans ce contexte, plus de 200 conseillers municipaux au niveau de 15 collectivités dans les cercles d’intervention  ont été renforcés sur les thèmes portant sur la décentralisation particulièrement sur les budgets participatifs. Là-dessus les rôles du maire, des conseillers ont été spécifiquement définis au cours de ces séances de formation. Comment prendre en compte les questions de l’enfance et les problématiques des femmes dans le processus  budgétaire au niveau des collectivités territoriales?, ont été abordées au cours de ces formations.

Dans le cadre du projet génération éclosion, l’ONG TOSTAN a réalisé des activités de mobilisation dans plus de 200 communautés, touchant à cet effet 44 000 personnes dans les zones d’intervention.

Dans un autre registre,  TOSTAN a identifié au cours de l’année 2019 environs 117 personnes essentiellement des femmes présentant des symptômes de la fistule obstétricale où d’autres complications liées aux pratiques traditionnelles. Parmi ces 117 victimes de VBG, 96 ont été prises en charge sur le plan médicale, psychosociale et réinsertion socioéconomique. Une prise en charge redue possible à travers l’appui du UNFPA.

Mr Moussa Diallo coordinateur nationale de l’ONG TOSTAN estime une satisfaction au regard de toutes les statistiques avancées. L’acquisition de  résultats qu’il attribue à la bonne collaboration entre le projet les différents partenaires.

En perspective, l’année 2020 verra la poursuite   et l’extension des activités, mais pas de nouveau programme selon le coordinateur. A ce titre, de  nouvelles zones vont être explorées et  couvertes à travers les activités de mobilisation sociale

Rappelons qu’en 2018, les Comités de Gestion Communautaire   ont organisé environs  836 journées de nettoyage communautaire et les participants du PRCC ont adopté 3 928 personnes pour partager les connaissances apprises en classe, ce qui constitue une méthode de diffusion organisée. Les CGC ont mobilisé leurs communautés pour organiser l’inscription de 740 élèves dans les écoles formelles et l’enregistrement de 724 enfants à l’état civil. Au Mali, il existe neuf fédérations de CGC, qui collaborent sur des projets de développement (Yirimadio dans le banlieue de Bamako, Méguétan, Dinandougou, Sirakorola Rive droite, Sirakorola rive gauche, Tougouni, Kaladougou, Nangola-Wacoro, et Benkadi.)

Nayté et Amadou Traoré.

About nayte

Open

X