Accueil / ACTUALITÉS / Russie-OTAN: Embouteillage dans le Sahel?

Russie-OTAN: Embouteillage dans le Sahel?

Pour l’instant, on a du mal à imaginer la suite des relations entre la Russie et le Mali, deux pays désormais liés par un accord de défense. Au même moment, la France qui n’a pas renouvelé son accord de défense mène les pays du Traité de l’Atlantique nord(OTAN) qui n’entendent pas lâcher prise avec l’envoi prochain d’une mission militaire dans le Sahel en vue de lutter contre le terrorisme.
Au Mali comme Niger, en passant par le Burkina Faso, le cœur des populations bat pour la Russie dont la diplomatie est perçue comme moins paternaliste. Dans l’imaginaire collectif, les russes ne s’embarrassent pas des questions qui fâchent, s’immiscent moins dans les affaires politiques.
A Bamako, on jure la main sur le cœur que si Vladimir Poutine avait été à la place de François Hollande en 2012, la reconquête du territoire national par l’Opération Serval n’allait pas s’arrêter aux portes de Kidal, ville tenue par des groupes armés indépendantistes. Quel pays de l’Union Européenne accepterait que des indépendantistes soient armés sur son sol ?
L’autre raison de la popularité de la Russie au Mali, c’est la manière dont elle a géré la crise syrienne qui ressemble à celle du Mali. Les pays de l’OTAN ont fait le jeu des irrédentistes Kurde alors que la Russie s’est battue comme un beau diable pour sauver le régime de Bachar Al Assad. Ironie du sort, c’est le régime syrien qui a finalement volé au secours de cette communauté menacée par la Turquie conquérante.
Au nom de l’accord de défense avec la Russie, l’implication de Poutine est inéluctable dans la gestion de la crise malienne. C’est d’ailleurs ce qu’a compris Florence Parly, la ministre française des Armées qui a déclaré mardi dernier que son pays travaillera avec tous ceux qui veulent la paix au Mali. Un appel du pied à la Russie? Beaucoup en sont convaincus.
On s’attend donc à un embouteillage dans le Sahel, au risque de provoquer un carambolage entre la Russie et les pays de l’OTAN. Le Niger a compris que pour acquérir des ailes, il vaut mieux se confier à la Russie qui vient de signer avec lui un accord pour l’achat de 12 hélicos de combat. Des appareils neufs de surcroit. Ce marché ne manquera pas de faire des émules dans le Sahel.
Pour la population malienne, ce qui est surtout décevant dans la coopération avec les pays de l’OTAN, c’est qu’elle ne garantie pas l’acquisition facile de certains types d’armements par l’armée malienne. C’est de cette déception qu’est née la théorie du complot occidental ardemment défendue par des Maliens qui ne comprennent pas que leur pays soit incapable d’être armé à la hauteur des menaces terroriste depuis 2012.
Soumaila T. Diarra Le Républicain

About nayte

Open

X