Accueil / ACTUALITÉS / Abdramane Alassane, porte-parole de la coordination des syndicats de la police nationale : “Nous avons été trahis par …nos frères d’armes de la garde nationale et de la gendarmerie à Niono”

Abdramane Alassane, porte-parole de la coordination des syndicats de la police nationale : “Nous avons été trahis par …nos frères d’armes de la garde nationale et de la gendarmerie à Niono”

Suite aux évènements tragiques ayant entrainés la mort du commissaire de police, IssiakaTounkara, et d’un manifestant à Niono, le jeudi dernier, la coordination des syndicats de la police nationale a organisé, le mardi 24 septembre 2019, à la direction générale de la police nationale, une conférence de presse.

La conférence de presse était animée par le commissaire principal Abdramane Alassane, porte-parole de la coordination des syndicats de la police nationale en présence du adjudant Tiekounta Kanté, secrétaire général de la section syndicale de l’union nationale des travailleurs du Mali(UNTM) de la police nationale ; du adjudant Koumba Traoré, secrétaire administratif de la section syndicale de la confédération syndicale des travailleurs du Mali(CSTM) de la police nationale et de cheick Oumar Sidibé, du syndicat autonome de la police nationale(SAP).

D’entrée de jeu, le commissaire principal Abdramane Alassane a salué le patriotisme du commissaire de police, IssiakaTounkara, tué, le jeudi 19 septembre 2019 à Niono, par des manifestants et demandé que toute la lumière soit faite sur sa mort. “Nous demandons que tous les coupables soient traduits devant la justice et que le droit soit dit. Nous avons prêté serment, nous sommes prêts à protéger les populations partout sur le territoire national, mais trop c’est trop. Cette année, nous avons eu trop de morts dans nos rangs”, a-t-il déclaré. Selon Abdramane Alassane, la police a été trahie lors des évènements tragiques de Niono. “Avant de mourir IssiakaTounkara a appelé à la gendarmerie et à la garde nationale, qui se trouvent à quelques kilomètres du commissariat de police mais elles ne sont pas intervenues. Nous avons été trahis par les autorités locales et nos frères d’armes de la garde nationale et de la gendarmerie à Niono”, a-t-il regretté. Aux dires du conférencier, le commissaire de police, IssiakaTounkara, a été tué par une arme de guerre AK 45. A en croire l’adjudant Tiekounta Kanté, des manifestants sont entrés dans le magasin du commissariat de police et ont emporté toutes les armes. Abdramane Alassane a affirmé que les syndicats de la police nationale vont porter plainte contre le maire de Niono et l’honorable Amadou A Doumbia, député élu à Niono qui, dira-t-il, au stade actuel des enquêtes sont considérés comme les instigateurs de la manifestation du 19 septembre 2019, à Niono. Par rapport au saccage des locaux des radios privées à Niono, il a nié l’implication des policiers. Selon Abdramane Alassane, les syndicats ne reprochent rien au ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Géneral Salif Traoré, qui, selon lui, a aussi le cœur meurtri comme eux…Lire la suite sur Aumali

Abdrahamane Diamouténé

Source: L’indicateur du Renouveau

About nayte

Open

X