Accueil / ACTUALITÉS / CRISE MALIENNE: 25 corps trouvés dans le centre du Mali après une opération de l’armée

CRISE MALIENNE: 25 corps trouvés dans le centre du Mali après une opération de l’armée

Vingt-cinq corps ont été retrouvés dans le centre du Mali après que l’armée eut procédé à une intervention. Une ONG appelée Kisal, qui milite pour les droits humains des communautés pastorales, a déclaré  que “25 corps” avaient été retrouvés dans trois fosses communes. Elle a fourni une liste de 18 noms.

La triste découverte a été faite après que 25 personnes de l’ethnie peule, majoritairement des éleveurs, ont été ramassées la semaine dernière par l’armée dans les localités de Kobaka et de Nantaka, a précisé Kisal.

Oumar Diallo, un membre de l’association Fulani Tabital Pulaaku, a déclaré dans la principale ville régionale de Mopti que la première tombe avait sept corps, le second 13 et il y en avait cinq autres dans la troisième.Le Mali central est une vaste zone où l’Etat est presque absent et les djihadistes, accusés d’exacerber la querelle, errent sans trop de contrainte.

Les forces armées sont de plus en plus accusées d’arrestations arbitraires et d’exécutions extrajudiciaires dans leur lutte contre les insurgés.Une source au ministère de la Défense a déclaré qu’une enquête avait été ouverte mais a nié “ces accusations d’exécutions sommaires”.

Un porte-parole du ministère a également nié qu’il y avait eu des abus.

“La zone est dangereuse”, a-t-il dit, expliquant que “des terroristes et des hommes armés non identifiés” se trouvaient dans la zone.Le 19 mai, l’armée a déclaré que trois soldats maliens et 12 “terroristes” avaient été tués dans des combats dans un camp militaire près de la frontière avec le Burkina Faso. Mais les habitants ont allégué que les morts étaient tous des civils et l’armée a publié plus tard une nouvelle déclaration qui indiquait  12 “personnes” tuées.

 

Un habitant de Nantaka, Hama Kelly, a déclaré que les troupes arrêtaient toutes les personnes qu’elles rencontraient dès leur arrivée dans le village.“Ils ont pris leurs téléphones portables et leurs cartes d’identité, après quoi des gens (membres du groupe ethnique ) Songhaï ont été relâchés mais tous les Peuls ont été retenus”, a déclaré Kelly.

Le gouverneur de la région de Mopti, le général Sidi Alassane Touré, a refusé de faire des commentaires lorsqu’il a été contacté par l’AFP.

 intellivoire.net

About Redacteur Meguetan infos

Open

X