dimanche , 24 janvier 2021
Accueil / ACTUALITÉS / Chine: polémique autour de l’annonce de bébés génétiquement modifiés
174062521_0

Chine: polémique autour de l’annonce de bébés génétiquement modifiés

La Société chinoise pour la recherche en biologie cellulaire évoque une expérience «—contraire aux normes morales

Suite à l’annonce d’un scientifique chinois qui prétend avoir contribué à la naissance des premiers bébés génétiquement modifiés, la communauté scientifique chinoise a dénoncé un acte contraire à l’éthique. Plus de 120 chercheurs ont aussi signé une lettre ouverte condamnant la supposée expérience et son auteur. Pour la plupart des scientifiques chinois, la modification de l’ADN des bébés enfreint les règles de l’éthique et de la morale, ce dont se défend le principal intéressé.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

C’est la Société chinoise pour la recherche en biologie cellulaire (CSBC) qui a dégainé la première. Dans un communiqué qui ne mâche pas ses caractères, l’association basée à Shanghai évoque une expérience « contraire aux normes morales », un « acte individuel dangereux », comparé au franchissement d’une « ligne électrique à haute tension ». L’institution demande à ce que son auteur soit puni.

Même son de cloche du côté des universitaires. Dans une lettre ouverte publiée lundi, plusieurs centaines de chercheurs condamnent un projet « ignorant complètement les principes de l’éthique biomédicale », et qualifient de « fou » le comportement du docteur He Jiankui.

Ce biologiste à l’Université des sciences et des technologies du sud de la ville de Shenzhen vient d’ailleurs, semble-t-il, d’être lâché par son propre labo. L’ancien directeur de l’hôpital privé Harmonicare, dans lequel He Jiankui a effectué ses recherches, affirme qu’il n’a pas signé le formulaire autorisant l’expérience, comme d’ailleurs les autres médecins de l’hôpital dont les noms figurent sur le document daté du 7 mars 2017.

He Jiankui, savant fou ou génie ?

Chemise bleu clair, mains ouvertes pour convaincre : « Un enfant n’est pas quelque chose que l’on peut modeler, articule He Jiankui dans une vidéo postée sur Youtube. Les parents peuvent être porteurs de maladies liées parfois à une petite erreur sur un seul gène. Il est inhumain pour eux de ne pas protéger leurs enfants, si la nature nous en donne les moyens. » Un discours prométhéen qui scandalise la plupart des chercheurs en Chine. Au-delà de l’éthique, c’est l’idée même de révolution scientifique qui est contestée : la technique de modification des gènes utilisée dans l’expérience n’étant pas nouvelle. Diplômé des universités de Rice et Stanford aux Etats-Unis, He Jiankui a créé deux entreprises biomédicales à Shenzhen dans le sud du pays. Les médias chinois pour l’instant n’ont donné ni son âge ni sa région d’origine en Chine

Il est vrai que l’affaire fait également scandale dans l’opinion. Après avoir salué « une avancée majeure pour la science chinoise », les réseaux sociaux se sont complètement retournés ce mardi. De nombreux internautes s’inquiètent pour la santé de LuLu et NaNa, les bébés jumelles dont un gène aurait été désactivé par le professeur He Jiankui afin, selon ce dernier, de les immuniser contre le virus du sida.

Enquête demandée

La Commission nationale de la santé chinoise a demandé une enquête sur cette expérience à la Commission de la santé de la province du Guangdong dans le sud de la Chine dont dépend l’hôpital de Shenzhen. Cet hôpital privé « Harmonicar Women & Children Hospital » – dans lequel le chercheur dit avoir mené son expérience, ce dernier assure ce mardi que les jumelles, si elles existent, ne sont pas nées dans sa maternité.

Le chercheur devait s’exprimer demain mercredi à la conférence sur la génétique de Hongkong, ce mardi matin, il ne s’est pas présenté à la cérémonie d’ouverture

Chronologie et chiffres clés

About nayte

Open

X