Le président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, a limogé son ministre de l’énergie et du développement électrique, Joram Gumbo (sur la photo), pour «approvisionnement en électricité médiocre» dans tout le pays.

Selon la BBC, le Zimbabwe connaît actuellement les pires coupures de courant depuis 2016.

Cette décision intervient après que le ministre ait autorisé plus de 30 entreprises à fournir de l’énergie solaire au pays et conclu son intention de se rendre au Mozambique, pays voisin, pour prendre un contrat de fourniture d’électricité. Gumbo a été remplacé par Fortune Chasi, vice-ministre des Transports et du Développement des infrastructures.

La compagnie d’électricité du Zimbabwe (ZETDC), société d’électricité appartenant à l’Etat, a déclaré qu’il y aurait des coupures de courant environ huit heures par jour en raison de la baisse de production de sa plus grande centrale hydroélectrique et du vieillissement des générateurs au charbon.

« Le manque d’électricité est géré par un délestage afin d’équilibrer l’alimentation électrique disponible et la demande», avait déclaré ZETDC dans un avis public.

Lundi, Reuters avait rapporté que la dernière fois que le Zimbabwe avait connu une telle panne était en 2016 après une sécheresse dévastatrice. En raison des faibles niveaux d’eau et de la faiblesse des réserves de charbon des centrales électriques, le pays produit actuellement 969 mégawatts (MW) par jour, pour une demande de pointe de 2 100 MW.

Le Zimbabwe aurait connu de très faibles précipitations pendant la saison des pluies 2018-2019, la plupart des masses d’eau s’asséchant.