Accueil / ACTUALITÉS / Transport en commun: Les chauffeurs de taxi de Koulikoro rejettent la décision de baisse de tarif sur l’axe Bamako Koulikoro.
20181008_143454
un moyen de transport

Transport en commun: Les chauffeurs de taxi de Koulikoro rejettent la décision de baisse de tarif sur l’axe Bamako Koulikoro.

La mairie de Koulikoro et le syndicat des transporteurs routiers  ont procédé le mercredi 06 Mars  2019 à  l’effectivité une  baissé sur  le tarif de transport entre Bamako et Koulikoro. Cette décision  semble créer des mécontents dans le secteur du transport dans la ville de Koulikoro.

La population de de Koulikoro a accueilli avec joie et réjouissance, la décision conjointe entre la mairie et le syndicat des transporteurs routiers concernant la réduction du tarif de transport entre les villes de Koulikoro et de Bamako. Cette décision qui a été rendu public le lundi 04 Mars 2019 et  été mise en vigueur le mercredi suivant. Mais un grand hic s’est produit au sein du secteur du transport par rapport à cette décision. Une catégorie des travailleurs du secteur notamment les chauffeurs de taxi se sont désolidarisés de cette nouvelle décision, sous prétexte que l’application de la baisse du tarif défavorise leur  travail. Ce qui entrainera bien évidemment un grand bouleversement dans la mise en œuvre de l’heureuse décision que la population de Koulikoro venait de contracter avec les autorités communales.

Le lundi 11 mars, plus d’une soixantaine de taxi a pris d’assaut le gouvernorat de la région.  Objectif, rencontrer le chef de l’exécutif régional pour échanger avec lui par rapport au ras le bol dont les chauffeurs de taxi ressentent par rapport à cette décision de baisse tarifaire. Damne, les chauffeurs ont été renvoyés à la préfecture par le gouverneur pour conclure une médiation et trouver un terrain d’entente à travers l’autorité locale.

Une rencontre tripartite entre le maire de la commune, le syndicat des transporteurs urbain et interurbain (SYNTRUI)  et les chauffeurs de taxi, sous l’arbitrage de la préfecture a eu lieu dans l’après-midi, avec à la clé, le problème d’actualité brulante sur la baisse du tarif de transport Koulikoro-Bamako. Selon les contractants, c’est le barème national sur le transport au Mali a été mise au-devant de la discussion.

Selon Mr Eli Diarra maire de la commune urbaine de Koulikoro : « l’état fixe le plafond pour le tarif de transport par rapport aux  distance entre les localités, mais n’interdit pas la baisse de tarif pour soulager la peine de la population. Partout la cherté de la vie est liée au coût  élevé du tarif de transport. Notre devoir est de rendre la vie agréable aux populations ». a-t-il fait savoir.

Pour les chauffeurs de taxi, cette baisse tarifaire a des conséquences dramatiques sur les recettes. Selon  les délégués des chauffeurs: « cette décision de baisse de prix  n’a pas été concertée, c’est uniquement avec les responsables du syndicat qu’elle a été scellée. Cette décision ne nous arrange pas du tout, parce que les véhicules nous appartiennent pas, la recette est de de 10 0000 F CFA  par taxi. on doit payer le ticket du syndicat à 500 F, le ticket de la mairie à 250 F le péage à 500 F, le carburant à 8 000 F. en tout cas cette situation nous a mis dos à dos avec la population (…) nous demandons à ce que cette décision soit levée » a martelé un des délégués des chauffeurs.

Amadou Hanne Sidibé secrétaire général de SYNTRUI, reste ferme : « La baisse de prix reste intact, il y aura pas de changement. Ce que  nous demandons à la population, est que si un chauffeur refuse de vous prendre au prix indiqué, il faut vous rendre à la gare de Souban, il y a  des véhicules  sur place qui vous emmèneront au prix fixé à Bamako. » a t i insisté.

A la sortie de la rencontre avec l’autorité locale, les 4 délégués des chauffeurs ont pris acte de la conclusion et ont  promis de rendre compte à la base pour une prise décision globale. Mais avant le maire les a invité  à joindre le rang du syndicat afin de rendre effectif la baisse des tarifs. Plus tard,  une analyse sera faite pour l’évaluation des problèmes dont les transporteurs en commun sont confrontés afin de trouver une solution concertées. Si sur ces mots d’espoir que les parties ont quitté la table de négociation, il reste à savoir qu’en ce mercredi 13 mars 2019 soit une semaine après la mise en application, les chauffeurs de taxi, n’ont pas encore intégré l’auto gare de Koulikoro  selon nos dernières informations.

La rédaction.

About nayte

A voir aussi

Exclusion de Moussa Mara de la COFOP : La jeunesse du parti YELEMA répond à Oumar Mariko

La jeunesse du parti Yelema a organisé un point de presse ce samedi 23 mars …

Open

X