Accueil / ACTUALITÉS / Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta : « Tout le monde veut la paix »

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta : « Tout le monde veut la paix »

Le Mali continue d’être secoué par la violence. Dans une interview exclusive à Deutsche Welle ( DW : la Voix de l’Allemagne) , le président Ibrahim Boubacar Keïta a déclaré que les donateurs devaient enfin payer et aider à financer la force anti-terroriste du G5 Sahel.

DW: En 2015, le gouvernement malien a signé un accord de paix avec des groupes de rebelles armés. Mais au Mali et en Allemagne, l’impatience croissante face au fait que cet accord n’a toujours pas été mis en œuvre. Quel semble être le problème?

Ibrahim Boubacar Keïta: Le gouvernement malien s’efforce de promouvoir cet accord de paix. Nous avons déjà créé de nouvelles régions [dans le cadre des efforts de décentralisation] qui fonctionnent depuis environ un an et demi. Après une telle crise – lorsque des rebelles armés ont attaqué le gouvernement – vous avez besoin de paix et de stabilité. C’est pourquoi nous avons décidé de désarmer les rebelles.

Mais vous devez également offrir quelque chose en retour – le processus dit de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR). Ce processus, comme convenu avec nos partenaires internationaux, prenait trop de temps, nous avons proposé un concept sur la manière de l’accélérer. Nous avons pu désarmer et démobiliser 1 500 hommes en cours de réintégration. Nous atteindrons bientôt 5 000 personnes et à la fin du projet 20 000. Donc, ça ne va pas prendre si longtemps.

La rapidité avec laquelle cela va aller dépend également de nos moyens financiers. Même s’il y a eu plusieurs conférences de donateurs, il y a une lacune dans ce qui a été promis et ce que nous avons reçu.

DW : Les pays du G5 du Sahel ont déclaré que le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie, le Mali et le Tchad se sont rencontrés cette semaine pour discuter de la manière de renforcer la lutte contre les djihadistes. La force régionale antiterroriste du G5 Sahel manque toujours de financement. Selon vous, que faut-il faire pour que la force soit prête à passer à l’action?

Ibrahim Boubacar Keïta : De nombreux terroristes qui ont été attaqués par des troupes internationales et ils fuient la région du Sahel. La situation en Libye qui ressemble à l’anarchie. Si la communauté internationale est parvenue à un accord sur des dépenses de milliards de dollars pour l’Afrique de l’Est qui est dépassée par Daesh [le soi-disant « État islamique »], vous devez vous assurer que le même phénomène ne se produise pas à l’autre bout du continent.

Si cette barrière de protection au Sahel se brise, le phénomène va se répandre en Europe. Nous avons une mission universelle et je ne comprends pas pourquoi l’argent promis n’a pas encore été versé. Nous ne parlons que de 423 millions d’euros (479 millions de dollars).

DW : Mais les cinq pays du G5 du Sahel n’ont pas encore déployé le nombre total de soldats qu’ils avaient accepté de fournir pour la mission.

Ibrahim Boubacar Keïta : En moyenne, les pays sont à 80% des bataillons promis qui seront engagés. C’est un fardeau énorme pour nos États en termes de personnel et de finances car ils ne disposent pas de beaucoup de leurs propres ressources.

Le Mali, par exemple, investit 22% de ses recettes publiques dans la sécurité et la défense. C’est beaucoup. Cet argent serait mieux utilisé pour l’éducation, la santé, les infrastructures et les routes d’accès pour les agriculteurs. Mais quand même: si nous n’avions pas déjà formé la force du G5 Sahel, nous le ferions aujourd’hui!

Il y a toujours des attaques au Mali et au Burkina Faso alors que le Tchad repousse les rebelles du nord avec l’aide des troupes françaises.

DW : Pourquoi la mission du G5 ne parvient-elle pas à tenir les terroristes à distance?

Même les pays disposant de meilleurs moyens ont été attaqués. Nous vivons une guerre asymétrique où l’ennemi s’avère parfois être notre voisin, vivant parmi nous. Cela rend la tâche de nos troupes extrêmement difficile. Elles subissent une grande pression psychologique et morale.

DW : Quand le gouvernement malien va-t-il reprendre le contrôle de tout le pays? L’État est largement absent dans de nombreuses régions pour le moment.

Oh, ce serait génial si c’est pour très bientôt. Mais je ne suis pas l’Oracle de Delphes; Je ne suis que l’humble président du Mali. Mais regardons ce qui se passe: l’accord de paix et de réconciliation est sur la bonne voie, mais il doit être mis en œuvre partout et par tous les signataires. Nous sommes également en train de reconstruire notre armée en réintégrant les rebelles désarmés.

Cela a mal tourné une fois auparavant. Beaucoup de ces rebelles qui avaient été intégrés dans les forces du Mali en 2006 sont revenus aux rebelles au début de la crise en 2012.

Un élément de risque demeure. Mais nous devons parier sur la paix – la paix et la raison. Les gens du nord, les jeunes et les vieux, ils veulent tous la paix. C’est pourquoi nous avons signé l’accord de paix à Alger. Et les différentes parties l’ont fait volontairement! Maintenant, tout le monde doit remplir sa part du contrat. Il est criminel, presque diabolique, de continuer à soumettre la population pacifique à une nouvelle rébellion.

About Redacteur Meguetan infos

Open

X