Accueil / ACTUALITÉS / Koulikoro: La commission nationale des droits de l’homme renforce les capacités des acteurs régionaux sur les droits humains
Présidium

Koulikoro: La commission nationale des droits de l’homme renforce les capacités des acteurs régionaux sur les droits humains

Ouverture ce matin (11/09/2018) à Koulikoro d’un atelier de renforcement de capacités des acteurs gouvernementaux et de la société civile intervenants  dans le domaine des droits de la femme, de l’enfant, des personnes handicapées et autres personnes à besoins spécifiques. L’atelier vise à  appréhender la notion de droit de l’homme par les participants de façon générale et particulièrement les droits catégoriels et des violences basées sur le genre. Une quarantaine de personnes venues des cercles notamment des organisations de la société civiles prennent part à cette rencontre. L’atelier est organisé par la direction régionale la promotion  de la femme de l’enfant et de la famille en collaboration avec la commission nationale des droits de l’homme.

participants
participants à l’atelier

C’était dans la salle de conférence de la direction régionale de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille de Koulikoro. La cérémonie d’ouverture était présidée par le directeur de cabinet du gouverneur de la région Mr Ségou Samaké en présence du président de la commission nationale du droit de l’homme Me Malick Coulibaly, la directrice régionale de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille Mme Bocoum Hawa Guindo, le commissaire au droit de l’homme Tiorno Hady  Thiam, le représentant de l’église catholique  et une présence massive de représentants des organisations de la société civile, des acteurs gouvernementaux impliqués dans le domaine de la protection des droits des femmes de l’enfant et des personnes handicapées.

Selon Mr Malick Coulibaly ancien ministre de la justice malienne sous la transition en 2012, « La commission nationale des droits de l’homme a été créée par la loi N° 2016-036 du 07 juillet et a pour mission la protection et la promotion des droits de l’homme ainsi que la prévention de la torture et autres peines cruels, inhumaines et dégradantes. Pour cela il est impératif  d’accorder une attention particulière aux couches les plus vulnérable que sont les femmes, les enfants, les personnes handicapées, des personnes à besoins spécifiques et des personnes privée de leur liberté ».  Quant à l’état des lieux du droit de l’homme au Mali, le président de la commission nationale estime que le droit de l’homme n’est pas une finalité et est un processus continu. Pour le cas du Mali, le président signale  qu’il y a lieu de s’inquiéter pour le droit humain. D’où l’organisation d’une telle activité à l’endroit des acteurs de la société civile et gouvernementaux engagés dans la protection des droits de l’homme.

Pour Mr Tiorno Hady Thiam, commissaire à la commission nationale des droits de l’homme, le droit de l’homme est une partie intégrante des principes religieux : « tout ce qui touche l’homme touche Dieu » a-t-il signalé dans ses propos.

photo-famille-atelier
photo de famille après l’ouverture des travaux

Dans son discours d’ouverture, le directeur du cabinet du gouverneur de la région a mis l’activité dans son contexte qui vise essentiellement à accroitre les connaissances des participants sur les droits en général et en particulier des droits catégoriels et des violences basées sur le genre.

Il faut signaler que l’étape de Koulikoro est une  première de ce processus de formation qui  sera élargie sur le reste du Mali pour le renforcement de capacités de tous les acteurs du Mali.

Il est à rappeler  que cette activité figure en bonne place dans l’objectif spécifique « promouvoir et renforcer le genre en lien avec les objectifs du développement durable » en tant qu’activité phare. C’est dans ce cadre que le projet FAMOC « Fond d’Appui aux Moteurs du Changement » une initiative du Danemark dans le cadre du programme Pays 2017-2022 est intervenue pour assurer la mise en œuvre de cette activité dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Mopti, Tombouctou, Gao ainsi que le district de Bamako.  La formation dure 3 jours.

About nayte

Open

X