Accueil / ACTUALITÉS / Grosse frayeur à la veille de la fête du Ramadan Les guichets automatiques de billets (GAB) momentanément mis hors service par ” une connexion défectueuse ” due au réseau mobile

Grosse frayeur à la veille de la fête du Ramadan Les guichets automatiques de billets (GAB) momentanément mis hors service par ” une connexion défectueuse ” due au réseau mobile

Le jeudi 30 mai dernier, à l’avant-veille de la fête du Ramadan alors au centre des supputations (certains l’annonçaient pour dimanche, d’autres pour lundi) les guichets automatiques de banque (GAB) ont subitement cessé de fonctionner aux alentours de 17 heures. Ce qui a occasionné un mélange de frayeur et de colère chez les usagers de plus en plus nombreux du système qui offre l’avantage irremplaçable de permettre au client de disposer, à tout moment de la journée ou de la nuit, de certains services de sa banque. Notamment se procurer de l’argent pour faire face à des besoins urgents.

Certains y ont vu la défaillance d’une banque en particulier. C’était loin d’être le cas. Les GAB fonctionnent grâce à une connexion, établie à travers une ligne d’un opérateur de téléphonie mobile, entre le serveur de leur gestionnaire, le Groupement Inter-Monétaire de l’Union Economique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA) et les banques adhérentes au système.

C’est cette connexion, qui était défectueuse le jeudi en question, entrainant leur mise hors service momentanée.

Un incident technique qui, selon des sources bancaires, est susceptible de se produire dans tous les pays du monde, y compris les plus avancés en la matière. En tout état de cause, il n’aura duré que quelques heures puisque, dès le vendredi 31 mai, à 14 heures, les usagers des GAB ont pu retirer leur argent et passer l’Aid-el fitr, qui n’aura lieu finalement que le lundi, en toute quiétude. Plus de peur donc que de mal en définitive.

Pour rappel les banques qui le souhaitent adhèrent au GIM-UEMOA dont les fonctions sont triples.

Il assure la mise en place d’un système monétique de l’UEMOA pour ses banques adhérentes appelées » délégataires « . Plusieurs banques au Mali profitent du système.

La surveillance des activités ou opérations effectuées sur le GAB sont aussi assurées par le GIM au compte de l ‘autorité monétaire.

Enfin, la structure met sa plateforme à la disposition des banques adhérentes et joue l’interface entre elles et les grandes sociétés comme MASTER CARD et VISA. C’est pourquoi toutes les réclamations sont du ressort de GIM-UEMOA et non des banques.

YC

Source: l’Indépendant

About Redacteur Meguetan infos

Open

X