Accueil / ACTUALITÉS / GESTION DE LA CRISE SECURITAIRE : L’« Initiative Jiriba Koro » accuse la France d’être à la base d’un génocide au Mali

GESTION DE LA CRISE SECURITAIRE : L’« Initiative Jiriba Koro » accuse la France d’être à la base d’un génocide au Mali

Les membres de « l’initiative Jiriba Koro » ont tenu un géant meeting le dimanche 04 novembre 2018 à la Maison de la presse. Objectif : dénoncer les morts incessantes au nord et centre du Mali qu’ils estiment causées par la France et demander à ce pays, dit ami du Mali, arrête « son génocide » dans notre pays. C’était sous l’égide de Siriki Kouyaté, un porte-parole dudit mouvement.

« Stop au génocide de la France au Mali !» ; « Debout pour la liberté, la démocratie et le respect de la dignité humaine !», peut-on lire sur les banderoles de l’« Initiative Jiriba Koro ».

« L’objectif de notre meeting, c’est de nous dresser contre un phénomène, le génocide commis par la République Française au Mali », introduit le tout nouveau directeur de la Radio Future Médias (RFM), Sikiri Kouyaté. Sans détour, il affirme qu’après les recherches, son mouvement a compris que la crise du Mali n’est qu’une guerre par procuration. Pour le porte-parole de l’initiative Jiriba Koro, la France a pactisé avec les organisations d’extrême violence qui sont aujourd’hui les vrais ennemis du Mali. « C’est pourquoi, la France est avec eux aujourd’hui à Kidal sans l’Etat malien », dit-il, avant de rappeler : « Elle a pactisé avec eux lors qu’il y a eu les évènements de Konna pour aller ensemble à Kidal ».

Pour Siriki Kouyaté, les populations civiles et militaires sont mortes à longueur de journées pour l’intérêt de la France. L’Initiative Jiriba Koro estime aussi que l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale n’est autre qu’une initiative de la France pour ses intérêts sordides. « Nous avons analysé cet accord et il comporte des germes de génocide, surtout des expressions tels : populations du nord ou ressortissants du nord », a laissé entendre le juriste Siriki Kouyaté.

Ce n’est pas tout, il ajoute que certains articles de l’Accord, notamment l’article six (6) divise les Maliens car il prévoit que les institutions de l’Etat vont prendre des mesures pour que les ressortissants du Nord puissent gérer librement. Les leaders de l’initiative Jiriba Koro n’en décolèrent pas et tancent les négociateurs de l’Accord au nom de la partie malienne. « Ceux qui ont négocié l’Accord d’Alger, ce sont des Français, même s’ils ont du sang malien », affirme M. Kouyaté.

Aux dires du porte-parole de l’Initiative Jiriba Koro, des massacres en cascade sont loin d’être les résultats des affrontements intercommunautaires car le Mali n’a jamais connu cela avant l’arrivée de la France et de la communauté internationale sur son sol.

Par ailleurs, Siriki et ses collègues ont dénoncé avec la dernière rigueur le processus du DDR qui, selon eux, encourage le banditisme et la détention des armes.

Avant de terminer, les membres de Jiriba Koro ont invité la France à arrêter son génocide au Mali.

Boureima Guindo

Source: Le Pays

About Redacteur Meguetan infos

A voir aussi

ELECTION PRESIDENTIELLE MALGACHE : Pendant que les candidats dénoncent, les observateurs de l’Union Européenne rassurent

Deux jours après l’élection du président de la République malgache (Madagascar), des contestations relatives à …